Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 21:42

 

Hier, la Fédération Nationale des Chasseurs a cru bon de convoquer les candidats à la Présidentielle pour leur faire dire combien ils aimaient les allumés de la gâchette. Et bien entendu les candidats ont cru bon de s'y rendre ou d'y envoyer des émissaires distingués pour montrer patte blanche. A l'exception toutefois de Dominique Voynet, seule présente à rappeler à la clique vociférante qu'ils n'étaient pas les maîtres du monde.

 

Ceci me donne envie de mettre en ligne une FAQ établie à l'intention de mes amis les chasseurs du temps où ils avaient leur forum sur usenet (fr.rec.peche-chasse, jusqu'à mi-2000).  Je l'avais rédigée pour leur éviter des efforts après avoir soigneusement colligé leurs propos.

 

 

 

FAQ À L'USAGE DES CHASSEURS

 

 

 

 I : SAVOIR PARLER DE LA CHASSE

 

 

Ami chasseur, quelques excités pseudo-écolos prétendent te faire la morale et tentent de te culpabiliser. Il faut donc bien avoir présent à l'esprit que la chasse est une activité noble et utile.

 

 

1) Question : La chasse se justifie-t-elle encore de nos jours et dans nos pays ?

Réponse : Oh, que oui !! Et voici pourquoi :

a) Elle perpétue une activité qui remonte au poléalithi... au pélaolithi... au paloélithi... au temps des cavernes. C'est bien simple, aller à son encontre c'est aller à l'encontre de l'Homme tel qu'il s'est fait.

b) Elle perpétue des traditions régionales, et c'est vachement important, à notre époque où on voudrait tous nous couler dans le même moule jacobino-parisien, euro-aseptisé et américano-macdonaldisé.

c) Elle participe à la régulation de la faune, à la gestion des nuisibles et à la sauvegarde des espaces naturels, parce que s'il fallait compter sur les pseudo-écolos des villes, hein !

 

 

2) Q : Chasser est-il moral ?

: La question ne se pose pas en ces termes :

a) La chasse a toujours existé, ça fait partie de la vie

b) La chasse n'a pas à être ni bien ni mal, c'est le prélèvement normal des ressources naturelles.

c) La chasse, c'est un acquis de la Révolution, les privilégiés des villes peuvent garder leurs leçons de morale.

 

 

3) Q : Est-ce que les chasseurs éprouvent du plaisir à tuer ?

: Moi, personnellement, jamais !! J'appuie sur la détente, et encore pas toujours, parce que c'est la conclusion normale de ma rencontre avec l'animal, mais l'important n'est pas là :

a) Je chasse avant tout pour être en communion avec la nature.

b) Je chasse parce que mon popa chassait, mon grand-popa chassait, et que j'aime partager ces moments avec mes zamis.

c) Je chasse pour manger des choses saines, on bouffe suffisamment de surgelés comme ça.

 

 

4) Q: La chasse comporte t-elle des risques importants de souffrance pour le gibier blessé ?

R: Un chasseur digne de ce nom, parexempleauhasardmoi, fait en sorte de minimiser ce risque :

a) En ne tirant qu'à coup sûr, moi si le gibier est trop loin je m'abstiens.

b) En ne tirant que si on est certain de pouvoir récupérer le gibier.

c) En localisant sans délai le gibier blessé grâce à des chiens de recherche de sang.

 

 

5) Q : Pensez-vous que beaucoup de chasseurs aient ce souci ?

: Joker.

 

 

6) Q : Y a t-il des mauvais chasseurs ?

: Comme partout, il y a quelques brebis galeuses qui déconsidèrent la corporation. Mais attention : C'EST PAS MOI C'EST LES AUTRES.

a) Y a des viandards qui canardent tout ce qui bouge ! Pfff !… Pas moi qui ferais une chose pareille.

b) Y a des pollueurs qui laissent traîner leurs cartouches partout ! Pfff !… Pas moi qui ferais une chose pareille.

c) Y a des énervés, qui insultent tout le monde, qui picolent et qui saccagent tout ! Pfff !… Pas moi qui ferais une chose pareille.

  

 

7) Q : Pourquoi y a-t-il des mauvais chasseurs ?

: C'est simple, c'est à cause des extrémistes anti-chasse et des intégristes écolos : à force de bloquer tout dialogue, d'exiger des choses irréalistes, de maintenir la pression sur le monde cynégétique, ils provoquent un mouvement de réaction. Les extrêmes génèrent les extrêmes. La percée de CPNT, c'est pas autre chose, moi je vous le dis !

 

 

8) Q : Donc pour nous résumer, qui est responsable de tout ce qui ne va pas dans le monde de la chasse ?

R: Les extrémistes anti-chasse et les intégristes écolos.

    

 

 

 

 

II : CONNAITRE LES ANTI-CHASSE ET LES ÉCOLOS

 

 

Ami chasseur, certains excités affirment que de nos jours et dans nos contrées la chasse n'a d'autres justifications que le plaisir de quelques uns, ou encore que la chasse telle qu'elle est pratiquée chez nous nuit à la biodiversité et à l'environnement.

Ce sont les anti-chasse et les écolos. Enfin, quand je dis "les écolos", il faut comprendre "certains écolos", car chacun sait que les authentiques écologistes se recrutent au sein des chasseurs.

Apprends donc à les connaître :

 

 

1) Q : Quelle différence y a t-il entre les écolos et les anti-chasse ?

R : Aucune, puisqu'ils sont tous à nous faire chier.

D'ailleurs qu'est ce qu'ils peuvent y connaître à la chasse s'ils n'ont jamais chassé ?

  

  

2) Q: Qu'est-ce qu'un anti-chasse ?

R: C'est un mec qui ne comprend rien et qui ne comprendra jamais rien. C'est :

a) Un mec des villes, un promeneur du dimanche, un gars qui voit les choses de son salon.

b) Un ayatollah, un taliban, un extrémiste, un intégriste, un terroriste.

c) Un malade, un illuminé, un névropathe, un délirant, un refoulé sexuel.

 

 

3) Q : Qu'est ce qui motive les anti-chasse à s'acharner sur nous ?

R : Ce sont des pervers qui préfèrent les animaux aux hommes. La preuve, s'ils ont de l'énergie à perdre :

a) Pourquoi ne la consacrent-ils pas à lutter contre la pauvreté ?

b) Pourquoi ne la consacrent-ils pas à lutter contre la faim dans le monde ?

c) Pourquoi ne la consacrent-ils pas à lutter contre la prostitution enfantine ?

  

  

4) Q : Les anti-chasse sont-ils des gens normaux ?

R : Ce sont des véritables malades, et leurs motivations sont claires:

a) Ce sont des froussards qui seraient bien incapables de venir nous dire en face ce qu'ils disent bien à l'abri.

b) Ce sont des caractériels qui épanchent leur fiel à bon compte sur des braves gens.

c) Ce sont des frustrés qui se donnent de l'importance en déclenchant des polémiques creuses.

 

 

5) Q : Comment le sais-tu ?

R : Simple: as-tu seulement essayé d'argumenter avec eux ?

Q : Non, et toi ?

R : Attends, tu voudrais que je discute avec des malades ?

   

 

 6) Q : Qu'est-ce qu'un écolo ?

R : D'abord, si c'est pas un chasseur c'est forcément un pseudo-écolo. C'est :

a) Un mec des villes, un promeneur du dimanche, un gars qui voit les choses de son salon.

b) Un techno-sbire de Bruxelles, un écolocrate, un eurofonctionnaire.

c) Un type qui confond nature et politique, un sous-marin du lobby des écolos manipulé par la mafia des anti-chasse.

 

 

7) Q : Les anti-chasse représentent-ils un véritable courant croissant de l'opinion ?

R : Alors là, ça me fait bien rigoler:

a) C'est une toute petite minorité qui remue beaucoup de vent.

b) Les médias à la solde des politiciens leur font la part belle et méprisent la France d'en bas.

c) Les sondages qui voudraient nous faire croire que la majorité des Français sont contre la chasse, eh ben c'est intox et compagnie, la preuve moi je ne connais que des chasseurs.

 

 

 

 

III : SAVOIR DIALOGUER

  

 

Ami chasseur, il faut bien sûr éviter de te lancer dans des débats stériles avec les excités qui contestent la chasse de loisir telle que nous la pratiquons en France.

Toutefois, évidemment, leurs arguties revêtiront parfois le masque d'une logique si dérangeante que tu jugeras de ton devoir d'intervenir. Mais ne te laisse pas emmener sur leur terrain.

 

 

1) Q : Comment détourner la conversation face à une personne qui trouve que la chasse est cruelle ?

 

 

R (Option A) :  Je l'embrouille avec d'autres souffrances non causées par l'homme, genre : "Ah bon, la nature elle n'est pas cruelle, elle ?" Et j'enchaîne :

a) Et les animaux quand ils chassent, tu crois qu'ils se font des cadeaux ? Tu vas jouer les Casques Bleus entre les belettes et les campagnols ?

b) Et les animaux qui se foutent sur le museau pour des histoires de territoire ou de femelles, tu vas leur proposer de rédiger une Constitution ?

c) Et pour les animaux malades ou blessés, tu vas mettre en place un SAMU Vert ?

 

 

R (Option B) : Je l'embrouille avec des exemples de souffrances imposées aux animaux pouvant s'argumenter :

a) Tu sais comment ils ont été mis au point, les médicaments que tu donnes à ta chère tête blonde quand elle fait son otite ?

b) Si on a besoin de greffer un rein à ton gamin, tu voudrais qu'on fasse la première expérience sur lui ?

c) Si un jour t'as un môme qui a une maladie métabolique, tu seras pas content qu'on ait commencé à tester les thérapies géniques sur des bestioles ?

 

 

R (Option C) : Je l'embrouille avec d'autres souffrances imposées aux animaux sans motif valable :

a) Tu sais comment ils ont été testés, les produits que bobonne se met sur le museau pour plaire ?

b) Et les chiens enfermés seuls dans les appartements toute la journée, t'appelles ça de l'amour des bêtes ?

c) Tu penses que pour un animal il vaut mieux finir dans un zoo ou dans un cirque que d'être abattu par un chasseur ?

   

 

R (Option D) : Je l'embrouille avec d'autres souffrances causées aux animaux par négligence ou par recherche du profit, genre : "Tu ne manges jamais de viande, bien sûr ?", et j'enchaîne:

a) Occupe-toi plutôt des conditions d'élevage des animaux.

b) Occupe-toi plutôt des conditions de transport des animaux.

c) Occupe-toi plutôt des conditions d'abattage des animaux.

 

 

R (Option E) : Je l'embrouille avec des éliminations involontaires d'animaux, genre : "Et toi, tu ne leur fais jamais de mal, aux animaux ?"

a) Tu dégommes jamais de moustiques quand tu conduis ta bagnole ?

b) Tu marches jamais sur des escargots quand tu vas cueillir des champignons ?

c) Si t'étais agriculteur ou bûcheron, tu crois que tu pourrais éviter de trucider des milliers de petites bestioles ?

 

 

R (Option F) : Je l'embrouille avec des éliminations d'animaux basées sur le conflit d'intérêt ou l'auto-défense.

a) Si t'as le ver solitaire, tu vas en acheter un deuxième à Petland pour lui faire de la compagnie ?

b) Si une taupe bousille ton terrain, tu vas lui proposer des verres de contact pour qu'elle ne se perde pas ?

c) Si tu trouves une Veuve Noire dans ton lit, tu vas lui faire un bisou avant de t'endormir ?

 

 

2) Q : Euh, peut-on vraiment mettre en parallèle des moustiques ou des vers avec des oiseaux ou des mammifères ?

R : Hé hé !

 

 

3) Q : Comment détourner la conversation face à un écolo qui te parle de l'effet néfaste de la chasse sur certaines espèces ?

R : Je lui réponds : "Tu crois que l'homme n'a pas d'autres effets plus néfastes sur les populations animales ?", et j'enchaîne :

a) Occupe-toi plutôt de la déforestation.

b) Occupe-toi plutôt de l'urbanisation galopante des espaces.

c) Occupe-toi plutôt de la pollution des sols et des eaux.

   

 

4) Q : Que répondre à un anti-chasse qui te parle de la souffrance de l'animal ?

: Des arguments écologiques !

  

  

5) Q : Que répondre à un écolo qui te parle d'arguments écologiques ?

: D'autres arguments écologiques, ça ne mange pas de pain !

 

 

6) Q : Oui, mais à un écolo qui ne se laisse pas embobiner et qui connaît les vrais dossiers ?

: Un écolo qui argumente avec des chiffres et des faits ?

a) Je réponds que ses références sont l'oeuvre de pseudo-scientifiques à la solde du lobby vert.

b) J'affirme des conneries, qui ira vérifier ?

c) Je détourne la conversation sur l'effet de serre, le réchauffement de la planète, ou les OGM.

 

 

7) Q : Et que répondre à un anti-chasse qui argumente logiquement ?

: Le genre de type qui veut toujours avoir le dernier mot ? Je lui dis "Pfff, ça sert vraiment à rien de causer avec toi, de toutes façons t'admettras jamais que t'as tort !"

 

 

8) Q : Que répondre à un anti-chasse qui te parle gentiment ?

R : Pfff...

a) Je ne lui réponds pas, ça ne m'intéresse pas d'alimenter des bla-bla stériles.

b) Je me fous de sa tronche, les leçons de morale à trois francs six sous, ça va deux minutes.

c) Je souris en le fusillant du regard, et je réponds un truc bateau à côté de sa question, genre «c'est notre passion, nous on oblige personne à la partager», ou «c'est une tradition, nous on n'empêche pas les autres traditions», ou encore «tu sais, heureusement qu'il y a les chasseurs pour s'occuper de la nature».

  

  

9) Q : Que répondre si une personne s'inquiète des dangers d'accidents liés à la chasse ?

: Fastoche, je lui réponds du tac au tac :

a) T'as vu le nombre d'accidents de voiture ? Faudrait interdire la bagnole ?

b) T'as vu le nombre d'accidents de ski ? Faudrait interdire les sports d'hivers ?

c) T'as vu le nombre d'accidents du travail ? Faudrait interdire le boulot ?

 

 

10) Q : Que répondre à un anti-chasse qui commence à s'impatienter des réponses à côté ?

: Je lui réponds, la bouche en cul de poule et le petit doigt en l'air :

a) Eh ben ! On voit de quel côté est la violence !

b) Eh ben ! On voit de quel coté est l'intolérance !

c) Eh ben ! On voit pourquoi tout dialogue est impossible !

 

 

 

IV : SAVOIR POSER LES LIMITES DU DIALOGUE

  

 

Ami chasseur, tu sais au fond de toi que la raison est de ton côté et que tu es dans ton bon droit, mais les anti-chasse et les écolos te poussent tellement à bout que souvent tu ne sais plus quoi répondre.

En fin de compte, de quel droit ces excités te cherchent-ils des poux dans la tête ?

   

 

 1) Q : Est-il légitime que des personnes contestent la chasse de loisir ?

: Ceci n'est évidemment pas acceptable, et témoigne de l'intolérance de certains illuminés qui s'attaquent à notre liberté d'exercer tranquillement notre passion. Imaginez que chacun veuille limiter ou interdire ce que font les autres sous prétexte qu'il ne partage pas leur point de vue !

a) Est ce qu'on va empêcher les amateurs de jet-ski de se livrer à leur passion ?

c) Est-ce qu'on va empêcher les amateurs de corrida de se livrer à leur passion ?

b) Est ce qu'on va empêcher les amateurs de petits garçons de se livrer à leur passion, du moment qu'ils ne font pas ça en France ?

 

  

 

2) Q : En définitive, qu'est-ce que l'intolérance ?

: L'intolérance, c'est exprimer des idées qui ne sont pas les notres.

 

 

 

3) Q : Et qu'est ce que la tolérance ?

: La tolérance, c'est lutter contre l'intolérance telle qu'on vient de la définir.

 

 

4) Q : Quelle est la meilleure preuve de notre tolérance ?

: Nous n'obligeons personne à chasser.

: Ni à penser comme nous !

: Ni à penser comme nous !!

: Ni à exprimer les mêmes points de vue que nous !

: Ni à… Euh, oui, mais attention, d'un autre côté, exprimer des points de vue contraire aux notres, c'est de l'intolérance, on ne va quand même pas laisser l'intolérance se développer dans une démocratie !

  

  

5) Q : Qu'est-ce qu'un anti-chasse qui s'exprime avec agressivité ?

: C'est un type qui donne la preuve de son intolérance.

 

 

6) Q : Qu'est-ce qu'un chasseur qui s'exprime avec agressivité ?

: C'est un brave gars qui a été poussé à bout par les anti-chasse, ces pisse-au-lit boutonneux, ces peine-à-jouir fouteurs de merde, ces va-de-la-gueule bon pour l'asile !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul - dans Nos amies les bêtes
commenter cet article

commentaires

davis 23/02/2014 21:12


 


Chasse et
bienveillance


à mes amis les chasseurs


 


Je suis un habitant de la vallée de la Vézère. De chez moi, ou bien en promenade,
j’entends souvent les coups de fusils de chasseurs, comme ce matin à mon réveil. Cela m'a donné envie de faire part, en toute sincérité, de ma sensibilité à un sujet qui me tient à
coeur.


 


Être bienveillant ce n’est pas étiqueter le chasseur comme un être insensible. Ce
n’est pas imposer nos points de vue mais les proposer et écouter ceux des autres. C’est l’intention de protéger tous les êtres. Les protéger de leur actions nuisibles envers eux-mêmes et à
l’égard des autres êtres. Telle est ma motivation.


 


J’ai plaisir à me relier à la nature en m’y aventurant et ce plaisir est partagé par
les hommes qui y chassent. Je crois qu’il y a en nous un amour inné pour tout ce qu’elle nous apporte : air, exercice, marche, plantes, parfums, espace, aventure, beauté, relation intime
avec son chien, sorties groupées, et après-sortie… Cela nous régénère, ressource. Il s’agit d’en prendre soin. Je crois aussi qu’il y a l’ardeur, non-naturelle, à l’idée d'abattre et ramener un
trophée animal. Si ces deux attitudes existent chacune de leur côté - aimer la vie et l'ôter – comment peuvent-elles cohabiter? J’ai conscience qu’ôter la vie n’est pas un acte anodin. Sans
parler des religions qui nous rappellent que l’acte de tuer est néfaste pour la victime et pour le « tueur » , je manifeste trop de respect et de


considération pour les arbres et les animaux, pour songer à leur causer du
tort.


 


Sous nos climats, la nature tend vers le développement de la forêt riche et
abondante en biodiversité (le climax). Encore faut-il lui en offrir la possibilité. En fait la chasse annihile et fait fuir une grande partie de la vie de la forêt, l’empêchant, à chaque coup de
feu, de se développer et s’épanouir vers cette biodiversité généreuse qui s'autorégule. Ce qu'on croît réguler, c’est le propre déséquilibre qu’on entraîne en voulant réguler. Cercle vicieux et
dommageable.


 


La forêt est, pour moi, comme une cathédrale, un espace sacré, sauvage, vierge. La
forêt vit, respire, chante. On y trouve refuge et y entre en communion. Quand un coup de feu retentit dans son silence, c’est un choc : pour les oiseaux, bécasses et palombes… pour la vie du sol
qui travaille à la création de l’humus, pour les cerfs, les biches, les sangliers... C’est un choc pour les arbres que la déflagration stresse. C’est un choc pour le chasseur, les oreilles, le
cœur, le corps, les organes… qui subissent tout comme la forêt, la violence du tir.


 


Les animaux vivent l'immense angoisse d'être traqué par des chiens et leur
aboiement,


subir la détonation du fusil,


se faire tuer.



Il est vrai que je souhaite être entouré d’une forêt libre, où la vie s’épanouit,
abondante, où règne la sérénité, où l’on puisse s’y sentir en sécurité. Comment le pourrait-on, moi, la biche ou le lapin, si plane la menace du fusil, ou son souvenir ? En tant qu’homme,
j’aimerai avoir une bonne réputation auprès des animaux, de telle façon qu’ils ne me fuient pas à ma seule vue, mon odeur, mes pas. Parce que je ne leur veux aucun mal, et souhaite pouvoir les
regarder et les remercier d’être là, m’entourer, m’accompagner.


 


A. Davis

pourraveman 18/09/2013 13:42


eh bien... que dire...


Le niveau de ce site... le niveau d'argumentation de cet "homme"... le niveau d'"amalgame, de contre-information...


Effectivement, aucun débat n'est possible dans ce climat de violence...


Malgré ma tristesse et mon engagement, Je ne parlerais pas, ici, des souffrances animales (peine perdue...)


Plusieurs fois, pour ma part, j'ai tenté d'aller dialoguer avec des chasseurs qui tiraient à moins de 50m de chez moi, et dont les cadavres de canards tombaient dans mon jardin...


Et par 3 fois, ces gens n'ont eu que des propos haineux envers moi et tout simplement vulgaires envers ma copine, menacant de nous "dérouiller", ivres morts, alors que nous tentions de leur
dire  qu'ils n'avaient rien a faire à coté des maisons un dimanche après midi...


Alors, oui, pour ma part, je reste chez moi, et ne vais plus à leur rencontre, parce que, je ne cherche plus le contact avec des barbares d'un autre age (est ce une tradition que de perpetuer la
violence, depuis des milliers d'années? est ce cela que d'évoluer?) parce que, je ne peux m'empecher de regarder leurs mains, et d'y voir une arme à feu... climat trop guerrier.. climat trop
dangereux pour un échange sur nos "façon de voir la vie"...


Armes qui empèchent les gens non violents de profiter de la Nature, et d'y communier d'une autre manière que par la mise à mort et la traque.


Les écolos, ces extremistes ne sont pas armés jusqu'aux dents... qui sont les terroristes?


Les TERRORistes sont ceux qui instaurent la terreur: vous!


Terreur pour les hommes qui vivent dans cette nature, et surtout terreur envers les animaux traqués...


Puissent votre coeur et votre ame s'adoucir et voir que chaque acte de violence, aussi minime qu'il soit, vous éloigne toujours plus d'un homme bon.


 


Amicalement, tout de meme


J.


ps: je ne suis pas un bobo des villes, je vis depuis 30 ans en foret...


 

DJP 05/11/2007 14:47

Pratiquant la moto "verte" mon rêve est que les chasseurs et les écolos se tirent dessus = bon débaras

audrey 15/09/2007 19:31

j'avoue que certains propos m'ont arraché un sourire. mais alors pour le reste, je n'ai qu'un seul mot : horreur.
remarque, j'ai bien fait de me promener sur ce site, au moins ça me conforte dans l'idée que je me faisais des chasseurs. Et pour ta gouverne, je suis une écologiste engagée qui vit à la campagne, supporte tous les jours d'entendre les bruits des coups de fusils, les hurlements des chasseurs et de leurs chiens (pauvres chiens d'ailleurs...), qui supporte de voir les putain de résidus de plombs jonchés un peu partout, je supporte la vision de ces machos prétentieux probablement frustrés sexuellement (hé oui, y'a pas que les écolos qui en ont le monopole...) qui se la joue Rambo avec leurs rangers et leur tenue de camouflage..... ce qui m'emmerde c'est qu'on ne peut même plus s'y promener tranquillement dans notre bonne vieille foret sans avoir peur derrière chaque recoin de se prendre une balle dans le cul!
Alors oui vous nous emmerdez la vie et arrêtez donc de trouver des arguments à la con pour vous déculpabiliser!! Vous participez à l'équilibre naturel? Pfff foutaise!! Vous croyez que dame nature a attendu sur vous pour réguler sa population? Les animaux empiètent sur votre territoire? Encore foutaise!! Ils ont leur propre cycle de vie et de mort, exactement comme nous. Donc, ils ne sont pas plus nombreux qu'avant, seulement, l'homme "progresse", construit de + en + de maisons, d'immeubles, de batiments et c'est lui qui empiète sur ce qui ne lui apaprtient pas!
Encore une chose! Les produits que se met "bobonne" sur la gueule peuvent être non testés sur animaux mon cher... il suffit simplement de regarder l'étiquette et d'acheter le produit adéquat.
Vous n'avez aucun argument qui tienne la route! L'excuse du "oui mais la chasse existe depuis la nuit des temps et blablabla..." ne prend pas! Autrefois on chassais pour subsister. Aujourd'hui on chasse pour assouvir son besoin de puissance!!!!!

M'ame Laurence 26/02/2007 10:59

Raahhh, enfin ! tu auras mis le temps à porter cette FAQ à la connaissance du monde ! que de bons souvenirs de franche rigolade ...