Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 02:02

Amis lecteurs (ou ami-e-s lecteur-e-s, comme on dit dans les courants alternatifs), je souhaiterais vous inviter à méditer sur les répétitions des situations dans l'Histoire.
Voici donc sans plus de préambule des extraits de textes un peu anciens, provenant de deux auteurs que je vais préciser plus loin. Leur lecture attentive donne à réfléchir tant ils résonnent objectivement avec le discours anti-immigrationniste anti-musulman actuel :




1-a

« C'est une belle caractéristique de notre Constitution, qui fait que chaque homme est libre de vénérer Dieu selon les directives de sa propre  conscience, que la religion est séparée de l'Etat, et qu'une égale protection est accordée à toutes les croyances. »
...
« Ce n'est pas une réfutation de la charge d'intolérance ici établie à l'encontre des Musulmans, que de montrer que de petits groupes d'entre eux, en des circonstances particulières, ont été tolérants, ou que dans ce pays, où ils ont toujours été une petite minorité, ils peuvent faire de hautes déclarations d'amour ardent pour les institutions républicaines et tolérantes de notre gouvernement. Personne ne saurait être trompé par des preuves si partielles et si circonscrites, alors que le sang des persécutés pour leur opinion colore de la teinte la plus profonde chaque page de l'histoire de cette religion, oui, et même alors qu'il est encore humide sur les sols des geôles d'Arabie ; alors que les principes intolérants et anti-républicains du Mahométisme sont à présent vociférés chaque semaine depuis les mosquées, et répétés dans nos oreilles par presque chaque nouvelle arrivée en provenance d'Afrique ou du Moyen-Orient. »
...
« Si le Mahométisme est tolérant, nous allons voir l'Arabie, et le Pakistan, et l'Iran, et la Mauritanie, ouvrir leurs portes aux émissaires de la foi chrétienne ; nous allons voir ces pays laisser les missionnaires chrétiens, aussi librement que nous laissons les Musulmans, s'en aller disséminer leur doctrine à travers toutes les classes sous leur influence. Alors le Mahométisme pourra parler de tolérance, alors nous pourrons croire qu'il a senti l'effet de l'esprit du temps et s'est réformé ; mais alors ce ne sera plus le Mahométisme, car le Mahométisme ne changera jamais, il est infailliblement le même, infailliblement intolérant. »
...
« Dans les pays arabes le Mahométisme soutient le despotisme le plus tyrannique, prête ses foudres pour maintenir par la terreur le peuple dans la plus abjecte soumission, et maintient au sommet de ses dogmes l'indissoluble union de la religion et de l'Etat ! Pourtant, dans notre pays, où il est encore en train d'explorer son chemin, il s'est allié avec la démocratie, il est le plus bruyant dans ses dénonciations de la tyrannie, la tyrannie des patriotes français ! Il est le premier à détecter l'oppression, il voit au loin les machinations des Français chrétiens de souche pour unir l'Eglise et l'Etat ! Et il se met en avant comme le gardien le plus zélé de la liberté civile et religieuse ! Avec de telles sentinelles, nos libertés sont certainement en sécurité, avec de tels gardiens de nos droits, nous pouvons dormir en paix ! »
...
« Alors que nous accueillons les intellectuels et les persécutés de toutes les nations et leur donnons un asile et un partage de nos privilèges, prenons garde d'admettre en une dangereuse familiarité ceux qui ne peuvent pas utiliser et n'utiliseront pas notre hospitalité de façon correcte. Que ceci puisse arriver, et arrivera, il n'y a pas de raison d'en douter.
 [...]
 En ce moment l'océan grouille de navires bondés de cette population misérable, les emportant de la misère de là-bas à la misère ici.
 [...]
 La dépense encourue dans cette ville (Paris) pour le soutien des pauvres étrangers, c'est bien connu, est énorme. A Lyon plus des trois quarts des résidents du foyer d'hébergement sont des étrangers. On sait que des familles entières débarquent de navires et vont directement au foyer d'hébergement. Au dispensaire de Marseille il y avait l'an dernier, pour deux arrondissements seulement, 477 patients, dont 441 étaient des étrangers !! Ne laissant que 36 personnes de notre propre population avoir accès aux soins. Au foyer d'hébergement de Marseille, [...], le paupérisme de souche a diminué en cinq ans, et le paupérisme étranger a plus que doublé.
A Montpellier, plus des quatre cinquièmes des pauvres sont des étrangers.
 
« Le premier pas qui doit immédiatement être fait, c'est de faire pression sur le Parlement et sur la nation pour porter d'urgence l'attention sur les lois de naturalisation. Nous devons d'abord arrêter cette fuite dans le navire, à travers laquelle les eaux boueuses de l'extérieur menacent de nous noyer. Si nous voulons empêcher notre pays, ce canot de sauvetage de la planète, de sombrer avec tout l'équipage, nous ne devons plus rien prendre à bord en provenance de l'épave arabo-africaine jusqu'à ce que nous ayons accosté en sécurité et mis à l'abri notre cargaison actuelle. Mais devons-nous abandonner le caractère de notre pays, asile du monde ? Non : mais c'est une philanthropie erronée en vérité que de vouloir tenter de sauver une personne au dépens de la vie de milliers d'autres, une philanthropie qui voudrait accueillir au sein de nos familles ceux qui meurent de la peste. Nos lois de naturalisation n'ont jamais eu pour but de faire de ce pays le foyer d'hébergement des pays arabo-africains [...]. »
...
« La grande masse des émigrants de ce pays sont des pauvres, durs à la tâche et mentalement incuriques, des pays musulmans d'Afrique et du Moyen-Orient, qui ont quitté une terre où ils étaient réduits en esclavage pour une terre de liberté. Quelque bien disposés qu'ils puissent être envers le pays qui les protège, et les adopte en tant que citoyen, ils ne sont pas aptes à agir avec jugement dans les affaires politiques de leur nouveau pays, comme les citoyens de souche éduqués depuis leur petite enfance dans les principes et les coutumes de nos institutions. La plupart d'entre eux sont trop ignorants pour agir en tout par eux-mêmes, et s'attendent à être entièrement guidés par les autres. Ces autres sont évidemment les imams. Les imams les ont gouvernés chez eux par le droit divin ; leurs esprits ignorants ne peuvent pas d'ordinaire être émancipés de leur sujétion habituelle, ils n'apprendront pas ni n'apprécieront leur exemption de toute usurpation du pouvoir clérical dans ce pays, et ils sont implicitement à la botte de leurs guides spirituels. Ils vivent entourés par la liberté, et pourtant la liberté de conscience, le droit au jugement privé, en religion comme en politique, sont exclus par les imams tout aussi efficacement que si la charia dirigeait déjà le pays. Ils forment un corps d'individus dont les habitudes d'action (puisque je ne peux pas dire de pensée) sont opposés aux principes de nos institutions libres, car ils sont inaccessibles aux raisonnements de la presse, ils ne peuvent pas penser et ne pensent pas par eux-mêmes.

« Chaque immigrant musulman illettré, par conséquent, qui vient dans ce pays, s'ajoute à la masse d'ignorance qu'il sera difficile d'atteindre par quelque instruction libérale, et même s'ils sont honnêtes (et je n'ai pas de doutes que la plupart le soient), néanmoins de par la nature des choses ils ne sont que des instruments obéissants dans les mains de leurs guides plus éduqués pour accomplir les desseins de leurs maîtres étrangers. L'éducation républicaine, quand on lui permet librement d'entrer en contact avec leurs esprits, devrait dans aucun doute fournir bientôt un remède à un mal pour lequel, dans l'état actuel des choses, nous n'avons pas de traitement. Il n'y a qu'à continuer pendant quelques années cette sorte d'immigration qui actuellement déverse tous les jours ses milliers d'arrivants de pays arabo-africains, et nos institutions, pour autant que je puisse voir, seront à la merci d'un corps d'étrangers, commandées par des étrangers, et seront entièrement sous le contrôle d'un pouvoir étranger. Nous pourrons alors avoir une raison de dire que nous somme dupes de notre propre hospitalité ; nous aurons abrité dans notre foyer bien approvisionné un groupe d'étrangers nécessiteux qui, bien emplis de notre approbation, seront encouragés par la familiarité inaccoutumée avec laquelle ils sont traités, d'abord à chambouler les règles du foyer, puis à mettre leur hôte et sa famille à la porte. »


1-b

« Ce n'est pas une prédiction extravagante lorsque je dis que la question du Mahométisme et du Christianisme, ou de l'Absolutisme et du Républicanisme, lesquels en ces deux catégories opposées sont des termes convertibles, devient rapidement et sera bientôt la grande question préoccupante, non seulement de ce pays mais de tout le monde civilisé. Je ne dis pas cela au hasard. Je dis cela à partir d'une observation longue et assidue dans les pays d'Afrique et du Moyen Orient, et de la comparaison de l'état des choses dans ce pays avec l'état de l'opinion publique dans les pays d'Afrique et du Moyen Orient. »
...
« N'est-il pas l'heure pour tout patriote d'ouvrir les yeux sur la vérité, à savoir que nous sommes politiquement attaqués sous couvert d'un système religieux, et n'est-ce pas une question sérieuse de se demander si notre presse politique doit soutenir la cause d'ennemis étrangers de notre gouvernement, ou bien aider à les dénoncer et à les repousser ? »
...
« Pour autant que j'ai pu le déduire des documents publics, l'objet du Front National semble être de résister à l'agression de l'influence étrangère et à ses attaques insidieuses et dangereuses sur tout ce qui est cher aux Français, d'un point de vue politique comme religieux.t»
...
« Ce sujet implique des questions qui, à mon avis, rend toutes les autres insignifiantes en comparaison, car elles retentissent sur toutes les autres. C'est à l'influence perturbante de l'action étrangère parmi nous sur les questions politiques et religieuses d'aujourd'hui que peut être attribuée pour une grande part la désorganisation actuelle dans toutes les parties du pays.»


2

« Le danger des esprits non éduqués augmente tous les jours par l'afflux rapide d'émigrants étrangers, ignorants de nos institutions, inaccoutumés à l'autonomie, inaccessibles à l'éducation, et aisément accessibles aux préjugés, et à la crédulité invétérée, et à l'intrigue, et aisément embrigadés et manipulés par de sinistres intentions. Au début cette éruption du continent africain post-colonial n'avait pas été prévu, et nous avions ouvert nos portes à l'afflux et à la naturalisation des étrangers. Mais c'est devenu une inondation terrifiante ; elle a augmenté par rapport à notre population de souche de cinq à trente-sept pour cent, et progresse chaque année.»
...
« Mais si, après examen, il apparaissait que les trois-quarts des émigrants étrangers dont les flots montants déferlent sur nous sont, par le biais de leur religion et de leur clergé, aussi entièrement accessibles au contrôle des potentats arabes que s'ils étaient une armée de soldats, enrôlés et commandés, et envahissant le pays ; alors, en vérité, aurions nous juste l'occasion d'appréhender le danger pour nos libertés. Ce serait l'union de l'islam et de l'Etat parmi nous. L'islam et l'Etat tous deux dans les pays arabes, et l'islam colonisateur docile ici. »
...
« La voix de l'histoire aussi nous avertit que nulle influence sinistre ne s'est jamais introduite dans la politique  avec un effet si virulent et destructeur qu'une influence religieuse ambitieuse.»
...
« Si les Musulmans se considéraient simplement comme l'une des nombreuses dénominations des croyants, pouvant simplement prétendre aux mêmes droits et privilèges, il n'y aurait pas de raison pour de l'appréhension [...]. Mais il n'en va pas de même si on a dit aux Musulmans de croire que leur religion est la seule religion, hors du sein de laquelle il n'y a point de salut, que personne ne peut lire les textes sacrés sans la permission de son clergé, et que personne n'a l'autorisation de les comprendre et de vénérer Dieu selon les directives de sa propre conscience, que l'hérésie est une offense capitale qui ne doit pas être tolérée, mais punie par le pouvoir civil par la privation des droits, la mort et la confiscation des biens, [...] que leurs clercs possèdent le droit d'interférer avec les questions politiques des nations, renforcés par leur autorité sur la conscience des Musulmans, et par leur pouvoir de confirmer ou d'annuler leur serment d'allégeance, et de les pousser à l'obéissance comme à l'insurrection par le pouvoir de la vie ou de la mort éternelle. »
...
« Car depuis l'invasion des Barbares venus du Nord, le Monde n'a jamais connu une telle ruée de population à l'esprit obscur d'un pays vers l'autre, comme actuellement celle qui quitte le Continent africain et qui s'écrase sur nos rivages. Ce n'est pas la partie nordique de la ruche, mais la totalité de la ruche qui essaime sur nos cités et nos territoires inoccupés, par l'effet de la surpopulation, de l'oppression civile, du crime et de la pauvreté, et par l'effet d'intentions politiques et religieuses. Des nuées pareilles aux sauterelles d'Egypte s'élèvent des collines et des plaines du Continent africain, et sur les ailes de chaque vent viennent s'installer sur nos champs blonds ; cependant que des millions, mis en branle par la rumeur de leur essor et encouragés par les nouvelles de leur arrivée en sécurité et des verts pâturages, se préparent à l'envol, dans une succession sans fin. »




Bon.
Qui a écrit ça ?
Pour être franc, j'ai un tout petit peu modifié quelques termes.
J'ai tout au long de ces extraits remplacé "Catholiques" par "Musulmans", et "Europe" par "Afrique et Moyen-Orient", et "européen" par  "arabo-africain" (ou des termes analogues).

Eh oui, ces immigrés pouilleux, incultes et profiteurs, ces fanatiques inféodés à une religion incapable d'évoluer, inaptes à la République, c'étaient les immigrants catholiques d'Europe qui débarquaient sur la terre promise des Etats Unis d'Amérique au XIXème siècle.

Ces textes, qui datent presque tous de 1835, sont dûs à deux figures emblématiques de l'anti-catholicisme et de l'anti-immigrationnisme américains, pionniers du mouvement "nativiste" qui allait se développer à partir des années 1840 (qu'on peut traduire par "nationaliste", les Américains "de souche" (native) étant à l'époque non pas les Indiens mais les Anglo-saxons protestants tels que les descendants des colons rebelles). Il s'agit de Samuel Morse et Lyman Beecher.

Samuel F. B. Morse, comme son nom l'indique, n'est autre que le gars qui a inventé le morse (et le télégraphe). Les extraits sont tirés du chap 5 de son ouvrage "Foreign conspiracy against the liberties of the United States. New York: Leavitt, Lord; 1835" (Conspiration étrangère contre les libertés des Etats-Unis) [1-a], 
 d'une lettre de 1835, et d'une lettre de 1854, ces dernières étant reproduites dans "Samuel F. B. Morse, His Letters and Journals In Two Volumes, Volume II" [1-b].  En 1835, il n'avait ni inventé le code éponyme, ni mis au point l'ancêtre d'Internet ; il était un peintre assez renommé qui s'intéressait à l'électricité ; il connaissait l'Europe pour y avoir voyagé plusieurs années.
Lyman Beecher était un pasteur presbytérien du Connecticut. Les extraits sont tirés de son ouvrage "A Plea for the West - Cincinnati : Truman and Smith, 1835"  ("Plaidoyer pour l'Ouest") [2]. 

Mes quelques autres aménagements des textes sont les suivants :
- J'ai remplacé "Popery" par "Mahométisme". "Popery" est un terme péjoratif intraduisible, sinon par "Paperie". Ou "Secte vaticane". Et j'ai remplacé "Protestantisme" par "Christianisme".
- J'ai remplacé "prêtres" par "imams", "le Vatican" par "les mosquées", "le code autrichien"* par "la charia".
- J'ai remplacé les noms de l'Italie, l'Autriche*, l'Espagne, le Portugal par l'Arabie, le Pakistan, l'Iran, et la Mauritanie.
- J'ai remplacé "Américain" par "Français" (et j'ai traduit "native" par "de souche").
- J'ai remplacé les noms de New York, Philadephie, Boston, Cambridge par Paris, Lyon, Marseille, Montpellier.
- Enfin, dans l'extrait de la lettre de Samuel Morse de 1854, j'ai remplacé "l'objet de cette société", la société en question étant la société des "Know Nothing", par "l'objet du Front National" (J'aurais pu mettre "l'objet du Mouvement Pour la France", mais comme on dit vaut mieux l'original que la copie).
Les "Know Nothing" étaient un mouvement ultranationaliste anticatholique qui a fleuri dans le Nord-Est des USA au milieu du XIXème siècle, en partie clandestin (d'où son nom).
Mais en dehors de ces petites adaptations, tout n'est qu'une traduction la plus fidèle possible (dans la mesure de mes moyens), d'ailleurs le mieux c'est que vous consultiez vous-mêmes les originaux, puisqu'ils sont en ligne.

* :
Pourquoi Samuel Morse cause-t-il de l'Autriche et du "code autrichien", me direz-vous ?
Parce que, comme Lyman Beecher, le fond de sa logique était conspirationniste. Il pensait que le Pape voulait infiltrer l'Amérique, et le Pape était vécu comme la créature de l'Autriche. L'Autriche, l'empire des Habsbourg, de tradition catholique (ne pas confondre avec l'Allemagne), était maître du jeu à l'époque en Europe. Et elle était en effet l'alliée de l'Eglise romaine tant sur le plan idéologique (cf la politique réactionnaire et autoritaire du chancelier autrichien Metternich) que sur le plan géopolitique (c'est notamment grâce à l'Autriche que les Papes  restaient alors souverains des Etats Pontificaux). Morse pensait donc (comme Beecher) que les membres du clergé romain missionnés en Amérique allaient manipuler la masse fragile des immigrants catholiques, notamment germaniques, pour étendre l'influence du Pape et de l'Autriche.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul - dans Un peu de sérieux
commenter cet article

commentaires