Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 21:56

Nom d’une pipe, voilà encore M’ame « Geraldine Over-blog », l'émissaire d'Over-blog, qui m’envoie un mail pour me faire remarquer (fort courtoisement au demeurant) qu’il faudrait voir à nourrir mon blog.

  

 Force est de constater que je suis un maître indigne, qui laisse son pôvre blog crever la bouche ouverte.

  

 Ma femme, elle, n'est pas indigne. Elle pense à verser des flocons multivitaminés dans son aquarium matin et soir.

Pourtant, un Corydora albinos, ça ne vous suit pas dans la cuisine en dressant les oreilles et en remuant la queue.

Pourtant, un Danio rerio, ça ne vient pas se frotter contre votre jambe en poussant des "meow" à fendre l’âme.

Pourtant, un Chromobotia macracanthus, ça ne saute pas d'un perchoir à l'autre en proférant des pépiements désespérés. Ma femme appelle ça un(e?) "loche clown", mais je ne veux pas avoir de procès avec le Collectif pour le Respect des Chromobotia Macracanthus, j'ai assez d'emmerdements en ce moment.

  

 Les archéodarwiniens disent que c'est darwinien. Les dames seraient plusses douées que les messieurs pour tout ce qui est "nurturing". Moi j'aurais tendance à penser que c'est des couenneries, et que les femmes de sexe féminin sont simplement formatées par l'éducation pour être plus gentilles et plus attentives que les hommes de sexe masculin.

La preuve, ce n'est qu'une tendance statistique, les exceptions sont loin d'être exceptionnelles.

Attention, hein, je dis pas qu'au départ y a pas une base biologique, c'est pas par hasard que les rôles féminins et masculins sont répartis de façon comparable dans la plupart des civilisations connues. Mais il suffirait d'éduquer les femmes à se comporter en "homme" ou les hommes à se comporter en "femme" et on inverse les statistiques, c'est mon point de vue et je le partage. Regardez les "rae rae" en Polynésie.

Je sais bien que tous les acquis récents des neurosciences vont contre moi, et que les cerveaux des dames et des messieurs sont pleins de différences. Voilà même un état de l'art récent pour les curieux :

 http://www.nature.com/nrn/journal/v7/n6/full/nrn1909.html

Mais je prétends que les contraintes éducatives peuvent l'emporter sur les contraintes biologiques chez ce drôle d'animal qu'est l'être humain. Enfin bon, d'accord les dames et les messieurs c'est pas tout à fait pareil, mais il faut se méfier des soi-disant différences entre les êtres humains établies par la "Science", la "Science" n'en serait pas à ses premières couenneries.

 

Bon, trêve de digression, il nous faut entrer dans le vif du sujet.

La question qui nous intéresse.

L'objet de notre réflexion.

Le thème de l'article.

Le fond de l'affaire.

Le topo du jour.

  

Eh bien figurez-vous que face à un miroir, les éléphants...

Ah non, j’en ai déjà causé.

  

Attendez, j’ai un autre truc formidable sur les éléphants. Ça concerne encore les éléphants d'Asie (Elephas maximus), dont on ne m'ôtera pas de l'idée qu'ils ont quand même un caractère moins ombrageux que les éléphants d'Afrique (euh, Loxodonta africana).

Voilà : il y aurait des droitiers et des gauchers chez les éléphants (d'Asie). Oui oui, des droitiers et des gauchers de la trompe. Des “right-trunkers” et des “left-trunkers".

Ça vous en bouche un coin, hein, qu'il puisse y avoir une asymétrie fonctionnelle pour un organe impair et médian ?

Cette hypothèse repose sur l'observation d'une quarantaine de pachydermes publiée en 2003 par des chercheurs de l'Institut de Biologie de l'Université Libre de Berlin.

Voici le lien de l'article intégral pour les gourmands :

http://81.196.151.37/articole/fisiere/anunturi%20zi/etologie/Etologie13.pdf

Lisez le paragraphe "Discussion" si vous anglophonez un peu, vous verrez, c'est pas inintéressant, ils y causent de  l'importance de la latéralisation d'un point de vue évolutionniste, et appellent  à étudier d'autres organes impairs médians et préhensiles comme la queue des Platyrrhiniens (les singes d'Amérique) ou de l'opossum,  le nez du tapir, la lèvre supérieure ou  la langue de certains herbivores, ou la langue de certains amphibiens et reptiles.

Cette équipe avait déjà publié l'année précédente une observation sur la latéralisation de la queue préhensile des singes araignées (Ateles paniscus).

Voilà. Maintenant, pour valider cette hypothèse, il ne reste plus qu'à fabriquer un appareil à Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle assez maousse pour y fourguer la cafetière de nos proboscidiens préférés.

(initalement publié le 22/11/06)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Paul - dans Nos amies les bêtes
commenter cet article

commentaires